INCENDIE.jpg

INCENDIE

JFC Formation Incendie.jpg

Extrait Article publié dans le mensuel de l'INRS "Travail et sécurité, n°819", Date :10/2020

"Des salariés informés et formés au risque d’incendie

 

En ce qui concerne la formation au risque d’incendie, comme toute formation à la sécurité, elle doit être pratique, appropriée et adaptée aux salariés (langue, handicap...): connaissances sur le risque de départ du feu, sur les dispositifs d’extinction, visite commentée des lieux de travail, démonstrations participatives pour l’utilisation de certains matériels, explications concernant la signalisation de sécurité (alarme, cheminements d’évacuation, emplacements des extincteurs, système de désenfumage, éclairage de sécurité ...).

 

En fonction de l’organisation ainsi retenue, l’employeur va devoir organiser, selon des modalités différentes, l’information et la formation des personnes concernées compte tenu des fonctions que leur attribue la consigne de sécurité incendie de l’établissement ou les instructions qu’il a établies.

Dans toute entreprise, l’ensemble du personnel doit ainsi être formé à:

- donner l’alerte;

- utiliser les moyens de premier secours afin de pouvoir faire face à un début d’incendie, notamment manipulation des extincteurs situés à proximité immédiate.

Le Code du travail prévoit que « tout employeur doit prendre les mesures nécessaires pour que tout commencement d’incendie puisse être rapidement et efficacement combattu dans l’intérêt du sauvetage des personnes ». Cette précision réglementaire permet de considérer que toute entreprise et non seulement celles soumises à la réalisation d’une consigne de sécurité obligatoire doit former son personnel à la manipulation des extincteurs;

- exécuter les différentes manœuvres nécessaires: mise en œuvre du désenfumage, mise en sécurité du poste de travail, évacuation rapide de la totalité des personnes présentes dans les locaux ou évacuation différée si nécessaire.

Cependant, dans certaines entreprises présentant des risques plus importants d’incendie, des personnes seront spécifiquement formées, selon l’organisation choisie par l’employeur, notamment à:

- mettre en œuvre des équipements de lutte contre l'incendie dont l’utilisation est plus complexe et nécessite une coordination (lances d’incendie, générateurs de mousse..);

- donner l’alerte destinée aux secours extérieurs;

- mettre en sécurité certaines installations (coupures des énergies, stockage de gaz...);

- encadrer l’évacuation des travailleurs et de tous les occupants (le cas échéant du public, des salariés d’entreprises extérieures, des visiteurs) ou pour les mettre en sécurité.

Des tests et exercices pratiques permettant d’évaluer l’efficience de l’organisation de la sécurité incendie

La consigne de sécurité incendie obligatoire dans la majorité des entreprises prévoit des essais et exerices pratiques afin de:

- reconnaître le signal d’alarme;

- localiser les espaces d’attentes sécurisés;

- savoir se servir des moyens de premiers secours (extincteurs notamment);

- exécuter les différentes manœuvres nécessaires.

Les dates et les observations auxquelles ils peuvent donner lieu sont consignées sur un registre tenu à la disposition de l’inspection du travail. Dans la mesure où les dispositions prévues par le Code du travail concernant la réalisation des essais et exercices ne sont pas très précises, l’INRS préconise d’organiser les exercices d’évacuation tous les 6 mois au minimum.

Concernant la manipulation des extincteurs, il est souhaitable que le renouvellement des essais soit adapté, de 6 mois à 3 ans, en fonction des risques incendie de l’entreprise et en veillant à ce que tout nouvel embauché soit rapidement formé.

Concernant les établissements dans lesquels la consigne de sécurité incendie n’est pas obligatoire, aucune précision concernant ces essais et exercices ne figure dans le Code du travail. Toutefois, il est recommandé d’appliquer les mêmes périodicités"

 

 

En France, de nombreux incendies se déclarent chaque jour. Le nombre de victimes directes (décès, brûlés, intoxiqués par les fumées) reste heureusement relativement faible. En revanche, les conséquences socio-économiques tant directes (dégât matériel, perte de production…) qu’indirectes (perte de client, période de chômage technique, incertitude sur l’activité…) s’avèrent très élevées. La prise en compte du risque incendie et de sa prévention est fondamentale, d’autant plus que la destruction par le feu d’un établissement entraîne très souvent sa fermeture définitive. Deux entreprises sur trois ne se relèvent pas après un incendie majeur.

Source INRS